mardi 17 mars 2015

C-51 and the Humpty Dumpty doctrine


Published in TheGazette, 17 March, page A21.

In 2013, Edward Snowden and the Guardian newspaper revealed the extent to which the US National Security Agency is able to track someone’s calls, read emails and SMS, hack into a smartphone and computer, and monitor “nearly everything a user does on the internet” ‑ even web browsing. NSA counterparts in Canada and other “Five Eyes” countries reportedly have similar capabilities or have information sharing agreements with NSA.  

Bill C-51 would now “encourage and facilitate” information sharing between our Communications Security Establishment and nine other GoC agencies, including CRA. Information can be shared to protect Canada against activities that “undermine its security”. Such activities do not include “lawful advocacy, protest, dissent and artistic expression”.

Surely GoC agencies should have the means to protect Canada against terrorism. But the definition of “activities that undermine security” is too broad. It includes those that would “unduly” influence a government by “unlawful” means. Sounds reasonable, eh? But suppose a local whistle-blower like Snowden were to give the press a trove of documents pertaining to some domestic policy. Suppose that leak, without revealing any “wrongdoing” as it is restrictively defined in law, made a government look bad in the court of public opinion and compelled it to change policy. Under C-51, such an unlawful act could be construed as a means to “unduly” influence government.  GoC agencies would be allowed to pre-emptively monitor a suspect’s electronic devices and communications, view his tax and financial data. And effectively censor him.

Why should law-abiding, order-loving citizens be concerned? “If you’re not doing anything wrong, you have nothing to worry about” is the standard saw. The trouble is: “who determines what’s right and what’s wrong”? Lawmakers and the courts you might answer. But history shows that security and law-enforcement agencies have repeatedly overstepped the law, and misused the surveillance technologies of their day.

In the 1960s, Edgar Hoover’s FBI had a program to survey, infiltrate, discredit, and disrupt domestic political organizations that it deemed “subversive”. Its stated motivation was "protecting national security, preventing violence, and maintaining the existing social and political order." The program was secret until 1971, when a self-styled “Citizens' Commission to Investigate the FBI” burglarized a FBI office, stole dossiers, and exposed the program by passing material along to news media.

In 1975, the Church Committee found that “Too many people have been spied upon by too many Government agencies and too much information has been collected. The Government has often undertaken the secret surveillance of citizens on the basis of their political beliefs, even when those beliefs posed no threat of violence or illegal acts on behalf of a hostile foreign power. The Government, operating primarily through secret informants, but also using other intrusive techniques such as wiretaps, microphone "bugs", surreptitious mail opening, and break-ins, has swept in vast amounts of information about the personal lives, views, and associations of American citizens. Investigations of groups deemed potentially dangerous -- and even of groups suspected of associating with potentially dangerous organizations -- have continued for decades, despite the fact that those groups did not engage in unlawful activity.” Déjà vu.

Okay then, but that’s US lore. Here in Canada there’s no such abuse, right? In the late 1970’s, the McDonald Royal Commission investigated the RCMP after it was learned that its “Security Service” had stolen the Parti Québécois’ membership list, illegally opened mail, forged documents, and conducted illegal electronic surveillance, among other “measures” to protect Canada against the separatist threat.  

Some will say this is all history and that the problem has been fixed. In 2013, the US Internal Revenue Service admitted it had targeted political groups for closer scrutiny based on their political themes, especially conservative groups with terms such as "Tea Party" in their names.

These examples show that state agencies can target groups in all quarters of the political spectrum. When a state feels threatened, you will find a zealous officer or agency ready to construe a political challenge into a security threat.  

Perhaps it was Humpty Dumpty in Alicein Wonderland who put it best: "When I use a word, he said in rather a scornful tone, it means just what I choose it to mean—neither more nor less. The question is, said Alice, whether you can make words mean so many different things. The question is, said Humpty Dumpty, which is to be master—that's all." (Lewis Carroll, 1872)

Like beauty, the definition of what constitutes a threat to security is in the eye of the beholder. The line between lawful dissent and unlawful, undue influence is not fine, it’s blurred. Those who “not wittingly” follow the Humpty Dumpty doctrine of accountability need the cover of vague language like that in C-51.

Whatever is left of our privacy, security agencies now have the surveillance tools, analogous to “weapons of mass destruction”, to annihilate it. According to minister Kenney, current CSIS oversight mechanisms were put into place 25 years ago. Those were the days before internet. Surely the oversight should be commensurate with the potency of the surveillance tools now available to CSIS and CSE. This is where C-51 is inadequate. In its third reading, the Conservatives can still make up for that shortfall.

mardi 4 novembre 2014

Élections scolaires : le jeu n’en vaut plus la chandelle

Une version condensée de ce texte est parue le 4 novembre dans LaPresse (page A16), ainsi que sur LaPresse+ et LaPresse.ca.

Les commissions scolaires (c.s.) ont eu beau essayer d’expliquer pourquoi il fallait aller voter, ce fut peine perdue. Les électeurs ont compris : à peu près tout ce qui compte en éducation se décide ailleurs qu’au conseil des commissaires. En pratique, les commissaires vont le plus souvent entériner ce que leur propose la direction générale, elle-même quasiment menottée par les directives et les conventions collectives imposées par le Ministère et le Conseil du trésor. Par leur abstention massive, les électeurs ont néanmoins parlé : la démocratie scolaire telle que nous la connaissons n’est plus perçue comme valant la peine de se déplacer. Le jeu n’en vaut plus la chandelle; c’est le moment d’en changer les règles.

Depuis plusieurs années, des voix proposent diverses réorganisations, comme une autre ronde de fusions de c.s., des mises en commun de certains services (ex : achats) à l’échelle du Québec, ou encore la prise en charge de certaines fonctions par des villes (ex : gestion du parc immobilier). De telles réformes laissent entrevoir des gains d’efficience permettant de réallouer de l’argent aux services aux élèves. Au-delà de ces réorganisations administratives, une réforme plus féconde serait d’accorder aux écoles publiques qui le désirent une plus grande autonomie administrative et pédagogique. Une telle dévolution de certains pouvoirs libérerait le talent des directeurs et éducateurs qui désirent innover. Mais pour véritablement ouvrir ce chantier, il faut aussi secouer l’ordre établi au niveau politique.

Dans une c.s., c’est l’entité administrative qui gère les écoles; la structure élective englobe le conseil des commissaires, le pouvoir de déterminer le taux de la taxe scolaire et les élections scolaires. C’est uniquement la structure élective qu’il y a lieu d’abolir. En supprimant celle-ci, nous faciliterions une réorganisation administrative en profondeur.

Les représentants des commissaires répondent que notre système politique exige que le niveau d’une taxe soit décidé par des élus. L’an dernier, suivant des coupures budgétaires, certaines c.s. ont exercé leur droit d’augmenter la taxe scolaire. La ministre de l’Éducation a alors déposé un projet de loi pour les obliger à rembourser les contribuables. Ce printemps, un comité d’experts a proposé de fixer un taux de taxation unique à travers Québec. En pratique, le pouvoir des commissaires de fixer le taux de la taxe scolaire est devenu une fiction. Si la structure élective était abolie, la taxe scolaire pourrait être maintenue, mais elle serait fixée par le gouvernement et collectée par Revenu Québec. Les c.s. sont déjà financées à 80% par Québec; elles le seraient alors en totalité. Ainsi, fini le jeu ridicule entre le gouvernement et les c.s. qui se renvoient la patate chaude quand il faut hausser la taxe scolaire ou réduire un service.

La taxe scolaire deviendrait une simple taxe foncière, pleinement intégrée au mix fiscal du gouvernement, avec l’impôt sur le revenu et la TVQ. Pour ces deux prélèvements, les Québécois sont plus taxés que les résidents des autres provinces, mais dans le champ de l’impôt foncier, nous le sommes moins. Il serait avantageux de transférer une partie du fardeau fiscal de l’impôt sur le revenu vers une taxe foncière provinciale. Tandis que l’impôt sur le revenu taxe le travail et les autres manières de créer de la richesse, l’impôt foncier taxe plutôt un réservoir de richesse accumulée. Cette richesse accumulée a été acquise parfois par le travail, mais parfois aussi grâce à la chance : appréciation de la valeur marchande, héritages. L’impôt foncier est moins nocif pour la croissance économique que l’impôt sur le revenu, et il est plus difficile à frauder. Pour ces raisons, l’intégration de la taxe foncière dans le mix fiscal général du gouvernement faciliterait la réforme fiscale d’ensemble sur laquelle planche la commission Godbout.

L’autre objection à l’abolition de la structure élective est d’ordre politico-constitutionnel. Dans les neuf c.s. anglophones, le taux de participation (17,3%) a été presque quatre fois supérieur à celui du côté francophone (4,3%). En se donnant la peine de se déplacer, les Anglos ont montré qu’ils tiennent davantage à cette structure que la majorité francophone. Par ailleurs, notre minorité de langue officielle jouit d’un droit constitutionnel de gérer son système d’éducation, tout comme les communautés francophones ailleurs au Canada. Ce droit est compris comme entraînant celui d’élire les dirigeants de leurs structures scolaires. Pour ces deux raisons une réforme de la démocratie scolaire ne devrait viser à prime abord que les c.s. francophones.

S’opposant à cette idée, la présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec a déjà déclaré qu’il serait « politiquement impensable » d’accorder aux Anglos un « privilège » qui ne serait pas donné à la majorité. Il est assez remarquable, incidemment, d’invoquer le cas particulier des c.s. anglophones pour défendre le statu quo chez la majorité. Mais sur le fond, l’argument de la symétrie obligatoire dans les modes de gouvernance ne tient pas la route. Rien ne nous oblige d’imposer un modèle unique à la grandeur du Québec. Au niveau municipal, on retrouve plusieurs modèles de gouvernance en fonction du degré d’attachement des citoyens à leurs structures locales. Dans le fédéralisme canadien, le Québec a toujours plaidé pour une forme de statut spécial. L’asymétrie dans la gouvernance publique, y compris celle des écoles, représente une voie porteuse pour trouver une issue aux problèmes complexes. En prime, si le Québec accordait à sa minorité nationale, la communauté anglophone, une sorte de statut spécial au niveau de la gestion de son système d’éducation, cela montrerait au reste du Canada que le Québec peut adopter dans son domaine, ici celui de l’éducation, la même approche asymétrique qu’il préconise à l’échelle canadienne.

Après avoir défendu les commissaires scolaires pendant une décennie, voici maintenant que les Libéraux admettent la pertinence d’une réforme. Cela rappelle le mot de Schopenhauer : « Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. »

mardi 24 juin 2014

Fuite pour fuite ?

Paru le 16 juin dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec. Voir aussi la réplique du président de l'Association des pompiers de Montréal, M. Ronald Martin, ainsi que ma mise au point. Voir aussi l'opinion du chroniqueur aux affaires municipales de LaPresse, François Cardinal.

L’auteur s’adresse au président de l’Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, qui a incité ses membres à partir immédiatement à la retraite afin de minimiser leur contribution à la résorption du déficit de leur régime de retraite.

Vous m’inspirez, M. Martin. Vous avez placé l’intérêt de vos membres les plus anciens avant ceux des pompiers les plus jeunes et ceux de la collectivité. Vous avez prévenu vos contemporains du péril qui les attendait; ils ont fui juste à temps. Quand le navire s’apprête à couler, il faut bien le quitter avant qu’il ne sombre, n’est-ce pas?

Faisons une expérience en pensée; supposons que je vous imite. Je préviendrais alors mes concitoyens, ceux des générations X et Y en particulier, du péril qui les attend. Je leur dirais que le navire de l’État québécois s’apprête à couler sous le poids des dettes publiques que les deux générations précédentes leur ont léguées. S’ils restent au Québec, ils deviendront les serfs des retraités, tout justes bons à servir les dettes publiques. Des dettes qui résultent des promesses que deux générations, la vôtre et la précédente, formés majoritairement de cigales, se sont faites à elles-mêmes ‑ à la charge de leurs enfants. 

Si je vous imitais, je les « informerais » qu’ils ont eux-aussi une sortie de secours. Vos membres peuvent partir précipitamment à la retraite avant que le gouvernement ne les cotise pour assurer leur rente. Les X et Y pourraient eux-aussi partir vivre ailleurs avant que le gouvernement ou la ville ne les siphonne à l’excès pour assurer…vos rentes.

Mais n’avons-nous pas tous une responsabilité de secours mutuel les uns envers les autres, en cas de malheur ou de sinistre ? À mes concitoyens X et Y qui éprouveraient du remords à l’idée de vous laisser vous débrouiller sans leurs taxes, je dirais de prendre exemple sur vos membres seniors. Par leur départ groupé et précipité, les pompiers démissionnaires ont obligé la fermeture temporaire de deux casernes. Des Montréalais se sont retrouvés avec une protection incendie dégradée pendant quelques heures. Une chance qu’un sinistre majeur ne s’est pas déclaré au mauvais moment. Par la somme de leurs gestes individuels, les démissionnaires ont ainsi signifié que les Montréalais ne méritaient pas qu’ils sacrifient une part de leur confort matériel pour assurer leur protection incendie. À l’inverse, les générations cigales méritent-elles que les contribuables X et Y sacrifient une part croissante du leur confort pour protéger celui de leurs aînés ?

Vous invoquez la promesse qui vous a été faite par votre employeur dans le passé et qui sera prochainement rognée. Une promesse c’est une promesse; la rogner serait du vol, n’est-ce pas? Aux X et aux Y, les cigales ont promis un avenir meilleur à l’aide d’un endettement collectif. Sauf que cette dette a surtout servi à financer, non pas des infrastructures durables, mais leurs jobs biens rémunérés. Aujourd’hui, le Québec se retrouve parmi les états les plus endettés, mais pas parmi les plus prospères.  Là aussi il y a une promesse brisée. Pas un contrat de travail comme le vôtre, mais plutôt un contrat social. Cela vous autorise-t-il à fuir à la retraite pour minimiser votre contribution à la résorption du problème ?

Vous aurez compris, M. Martin, que je ne m’adresse pas seulement à vous, mais bien à tous ceux parmi vos contemporains qui pensent comme vous. Cela fait trente ans que nous pelletons par en avant le problème des dettes publiques, en espérant qu’il s’atténue de lui-même sans trop de heurts. Il ne faut plus laisser les cigales se dérober à l’effort collectif pour le résorber.